clôture et confinement

                               

                              Clôture et confinement !

 

                    Les sœurs clarisses s’y connaissent en clôture, c’est leur forme de vie, elles l’ont choisi librement par vocation dirons-nous ! Etrange, c’est vrai il y faut une grande motivation de l’ordre de l’amour, et c’est un amour tout-à-fait particulier, amour de Dieu, amour du Christ Ressuscité, amour des autres qu’elles traduisent par leur vie de prière et de fraternité. C’est leur façon d’aimer le monde, ça ne s’explique que difficilement, et l’explication n’est jamais parfaite.

                    Dans notre vie de clôture nous venons de faire connaissance, comme vous tous du confinement ! Mais notre vie s’en est trouvé changée : plus personne à la chapelle, plus personne à l’accueil ni au petit magasin. Plus de coups de sonnette, ou très peu, plus de coups de téléphone. Alors ça, ce n’est pas notre vie de clôture. C’est un isolement total. Les visages nous manquent, les voix aussi. Vous faites partie de notre vie et dans notre clôture, nous portons vos intentions, nous répondons à vos appels, nous vous accueillons, nous nous rencontrons aussi parfois. Alors vivement le déconfinement, même si nous ne voyons pas trop comment cela va se passer dans les règles de barrières et de précautions.

                    Dans ces conditions comment se sont passées notre Semaine Sainte et notre fête de Pâques ? Nous sommes privilégiées car ayant notre aumônier en confinement lui-aussi dans son appartement au Monastère nous avons pu bénéficier de tous les offices et célébrations de cette grande semaine et de la fête de Pâques. De très grands moments où nous étions en communion avec vous qui fréquentez le monastère en temps habituel, mais aussi avec notre pays et notre monde en proie au virus dévastateur. Nous avons été heureuses de savoir que beaucoup ont pu suivre les évènements de la Semaine grâce à KTO et tous les YOU TUBE. Certainement une forte expérience pour tous que cette semaine vécue de façon si différente des autres années. 

                    Nous n’oublions pas les malades, ni les soignants ni tous ceux qui par leur travail se trouvent plus exposés au virus. Nous pensons aussi à tous ceux qui sont bloqués dans leur travail, par la fermeture des lieux publics et qui traversent des moments difficiles financièrement. Nous restons vigilantes au quotidien et gardons l’espoir d’une amélioration sur tous les plans.

                    Croyez à notre amitié fidèle et à notre prière pour tous.

                                              Les sœurs clarisses de

                                                           Montfavet

 

 

 

 

 

 

Ange : Huile sur bois de Christine Bonnefoy, d'après un tableau de la collection Campana Musée du petit Palais d'Avignon
Réalisation du site : Vitrine-Internet.
26 Mai 2020 08:25:37
Ecrivez-nous :